Tous les articles par yoghill

Buy the album

To purchase « Lights out in Odos » album by Yoghill, you can :

EUROPE : Pay by Paypal using this address : thierry.antoine@laposte.net : 13€ / 10£

FRANCE : Payer par Paypal en utilisant cette adresse : thierry.antoine@laposte.net – 12€

REST OF THE WORLD : Pay by Paypal using this address : thierry.antoine@laposte.net : 14$

Don’t forget to give me your address, and I will send the digipack CD to your home in a week.

– On Amazon MP3 : Follow this Link

Thank you!

Lights out

LIGHTS OUT
EXTINCTION DES LUMIERES
(Music : Th.A.Yoghill – 2000/2011 – Lyrics : Edward Thomas 1878-1917)
Je suis allé jusqu’aux limites du sommeil
L’insondable profondeur d’une forêt
Où chacun doit perdre son chemin,
Que le chemin soit droit ou tordu,
On ne peut choisir.
Tant de routes et de pistes,
Jusqu’au premiers craquements de l’aube,
Au bord de la forêt,
Ont déçu les voyageurs,
Et soudain se sont effacées,
Pour y sombrer.
Ici se termine l’amour,
Le désespoir, l’ambition prennent fin;
Tout plaisir et tout trouble,
Qu’ils soient doux ou amer,
Ici prend fin dans le sommeil ce qui est plus doux
Qu’une tâche plus noble.
Il n’y a aucun livre,
Ni visage d’un plus beau look
Pour lequel je ne me détournerais pas dorénavant
Pour aller dans l’inconnu
Je dois entrer, et partir, seul
Je ne sais pas comment.
La haute forêt domine;
Son feuillage nuageux s’abaisse
Au dessus, étage après étage;
J’entends son silence et j’obéis
Je vais peut-être perdre mon chemin
Et me perdre moi-même

The Owl

THE OWL
LE HIBOU
(Music : Th.A.Yoghill – 2003/2011 – Lyrics : Edward Thomas 1878-1917)
En bas de la colline je vins,
Ayant faim, Mais pas affamé pour autant;
Refroidi, mais une chaleur au fond de moi était une preuve contre le vent du nord;
Fatigué, mais ce repos sembla la chose la plus douce sous un toit.
Quand dans l’auberge, j’eus de la nourriture, du feu et du repos,
Sachant à quel point j’avais faim, froid et j’étais fatigué.
Tout dans la nuit était silencieux sauf un chant de hibou,
Le plus mélancolique des pleurs
Bouleversé, en haut de la colline,
Aucune note joyeuse, ni cause de joie,
Mais l’on me dit clairement ce à quoi j’ai échappé,
Mais d’autres non, cette nuit, quand je vins ici.
Et salée était ma nourriture, et mon repos
Salée et sobre, aussi, par le chant de l’oiseau
Parlant pour tous ceux qui sont étendus sous les étoiles,
Les soldats et les pauvres, incapables de se réjouir.

Down the ruins

DOWN THE RUINS
EN BAS DES RUINES
(Th.A. Yoghill – 1997/2011)
Le temps dehors, dans les ruines est bon pour moi
Je peux trouver un endroit pour m’aider à dormir
Je peux trouver un saint homme qui me parle du monde extérieur
Quelle errance
Je peux trouver un peu de solitude ici
Du temps à perdre, oh non…
Une prière pour les ruines, sympathie
Pour des millions de galeries en bois
Que penses-tu de se laisser dévaler vers les ruines
Le temps dehors, dans les ruines est bon pour moi
Et là tout va sens dessus dessous
Je peux trouver un endroit pour m’aider à dormir
En bas dans les ruines
Je peux trouver un saint homme qui me parle du monde extérieur
Quelle errance
Je peux trouver un peu de solitude ici
Du temps à perdre, oh non…