Tous les articles par yoghill

Blue waterfall

BLUE WATERFALL
CASCADE BLEUE
(Th.A. Yoghill)
Au centre ville, un fou attend toujours
Il attend que quelque chose de lumineux sorte des étoiles
Aura-t-il tort ?
Sera-t-il assez fort pour le voir ?
Est-ce que ça durera assez longtemps pour s’épanouir au dessus de la mer ?
Une foule sauvage vient de la ville
Un cri énorme dérange les étoiles
Le fou est parti parler à personne dans ses rêves
Rien ne pourra sortir des étoiles (du moins semble-t-il)
Un bond, tel des oiseaux bleus l’été
Une prière est dite et les Seigneurs vous félicitent
Croyez en ce que vous voulez
Vos bons vieux rêves
Laissez donc cette foule larmoyante sur la plage
Et venez boire un verre
Allez, tombe, cascade bleue
L’appel du peuple a brisé le mur
Là sur la colline, le fou se tenait toujours debout
Devant la foule
Mais en un clin d’oeil, personne ne sut pourquoi ils étaient là
Au centre ville, un fou attend toujours
Il attend que quelque chose de lumineux sorte des étoiles
Aura-t-il tort ?
Sera-t-il assez fort pour le voir ?
Est-ce que ça durera assez longtemps pour s’épanouir au dessus de la mer ?

New spaces

NEW SPACES
NOUVEAUX ESPACES
(Th.A.Yoghill – 2011)
Il est temps de sortir la tête du sable
Les sons ouvrent ton esprit
Il est temps de se réveiller tôt dans le jeu
Pourquoi te sens-tu si triste
En organisant ta seconde vie?
Suis-moi vers de nouveaux espaces
Suis-moi tant que la nuit est belle, suis-moi aujourd’hui
Suis-moi vers de nouveaux visages
Suis-moi tant que la nuit est belle, suis-moi aujourd’hui
Suis-moi vers de nouveaux espaces
Suis-moi tant que la nuit est belle
Chaque carrefour, chaque point de vue
Secoue les mensonges errants
Sombre ou clair, les sons, les formes, les couleurs
Explosent en forme de champignon
Retrouve-moi dans ta seconde vie

Boundaries

BOUNDARIES
FRONTIERES
(Th.A.Yoghill – 2011)
Monstres et guerriers
En bas de la rivière, près des frontières
Rencontrant des marins
Au bord de l’eau, près des frontières
Ils attendent la lune
pendant que tu couves tes rêves
Tu viens soudain d’une lueur blafarde
Laisse les trouver leur chemin, un de ces jours
Ce ne sera jamais comme hier
Maintenant que te voilà bébé
D’un silence palpitant
Le chant d’une sirène, près des frontières
Mélangé à un lent bourdon
Tiens bon le gouvernail près des frontières
Ils attendent la lune
pendant que tu couves tes rêves
Tu viens soudain d’une lueur blafarde
Laisse les trouver leur chemin, un de ces jours
Ce ne sera jamais comme hier
Maintenant que te voilà bébé

It was a new day

IT WAS A NEW DAY
C’ETAIT UN JOUR NOUVEAU
(Th.A.Yoghill – 2011)
C’était un jour nouveau, cette fois-ci
C’était un nouveau jeu, qui avait commencé
C’était un jour nouveau, c’était un jour nouveau
Quand tu vins sur mon chemin
Pour un instant, je fus surpris
J’ai entendu toute ta chanson au fond de tes yeux
C’était un jour nouveau, c’était un jour nouveau
Quand tu vins sur mon chemin
Puis ton visage s’est caché tout au fond de moi
Si profond que c’en est irréel et imprudent
C’était un jour nouveau, c’était un jour nouveau
Quand tu vins sur mon chemin
Un de ces jours tu t’en allas et tu quittas mes yeux
J’ai laissé ton chant pleurer tout au fond de moi
C’était un jour nouveau, c’était un jour nouveau
Quand tu vins sur mon chemin
C’est juste un autre visage dans ma tête
C’est juste un autre visage qui passe son chemin
C’était un jour nouveau, c’était un jour nouveau
Quand tu vins sur mon chemin

Your move

YOUR MOVE
A TOI DE JOUER
(Th.A. Yoghill – 2011)
J’ai besoin de te sentir dans les airs
Besoin de sentir ta chaleur
Innocence
J’ai besoin de partager un peu d’amour
Un peu d’enfance
Innocence
Tout ce que je ne savais pas était là, à mon attention
Bourdonnant autour de moi
Dans un courant d’air, à ton attention
A toi de jouer
J’ai besoin d’entendre les mouettes jouer
Spectacle d’un soir d’été
Besoin d’éloigner la grisaille
Chanson d’un matin d’été
Tout ce que je ne savais pas était là, à mon attention
Bourdonnant autour de moi
Dans un courant d’air, à ton attention
A toi de jouer

WEEK-END

WEEK-END
(Th.A. Yoghill)
Dehors, le week-end, le vent d’hiver souffle
Accompagné d’une multitude d’esprits
Nous sommes tous ensemble, flottant alentour
Avec notre argent qui nous glisse des doigts
Si tu m’entends
Ne me laisse pas devenir fou
Ne tiens pas ma main tremblante
Ne tiens pas ma main tremblante
Au bord de la mer, une brise caressant le visage
D’un goût amer et doux
Mes sensations du dimanche errent et pleurent
Quand j’entends leurs précieux mensonges
Si tu m’entends
Ne me laisse pas devenir fou
Ne tiens pas ma main tremblante
Ne tiens pas ma main tremblante
Je n’ai pas de solution, rien à pleurer
plus de lamentation, je n’essaierai plus
Garde foi dans le battement de ton coeur
Foi dans la mélodie et le chemin vers où elle mène
Bientôt
Si tu m’entends
Ne me laisse pas devenir fou
Ne tiens pas ma main tremblante
Ne tiens pas ma main tremblante

Black guitar

BLACK GUITAR
GUITARE NOIRE
(Th.A.Yoghill)
Qui connaît ton nom, et ta sympathie ?
Ta voix résonne encore dans mes oreilles
Qui connaît ta vie et tes beaux jours ?
J’ai l’impression que tu me manques
Peut-être suis-je perdu et j’erre
Cherchant la paix, et des notes qui devraient sonner
Peut-être suis-je perdu dans quelque sombre jour
Mais je me rappelle encore de toi
‘Tout en un, ce tout c’est toi’
Nous sommes tous les deux seuls, garde-moi près de toi
‘Tout en un, ce tout c’est toi’
Nous sommes tous les deux seuls, garde-moi près de toi
Qui connaît la lumière cachée dans tes yeux ?
Pourquoi m’as-tu à ce point secoué ?
Qui connaît ta main et tes doux rêves ?
J’ai l’impression que tu me manques
Peut-être suis-je perdu et toujours errant
Poussant de côté la sombre brume
Peut-être suis-je perdu dans quelque pays de fantômes
Mais j’ai toujours besoin de toi

Mani

MANI
(Th.A. Yoghill)
Mani dit qu’il a perdu sa fille un de ces rêves d’avril
Bientôt… ne vas-tu pas rentrer à la maison ce soir
Se sentir un peu vide
Se sentir vraiment vide
Mani dit que son bébé s’est suicidé
Mais ça n’avait aucune signification
Bientôt… ne vas-tu pas rentrer à la maison ce soir
Se sentir un peu vide
Se sentir vraiment vide
Mani espère que ce ne soit qu’un mauvais spectacle
Mais ça semble si réel…
Bientôt… ne vas-tu pas rentrer à la maison ce soir
Se sentir un peu vide
Se sentir vraiment vide

Jano’s Road

JANO’S ROAD
LA ROUTE DE JANO
(Th.A.Yoghill – 2001/2011)
Route de Jano
Des chiens aboient sur les gamins
Oh mais ce blues, laisse les sombrer, laisse les aller
D’une côte à l’autre
Les mouettes pleureront peut-être avec les gamins
Oh mais ce blues, laisse les sombrer, laisse les grandir
Oh mais tu as appris à jouer le jeu
Me diras-tu comment accorder mon blues solitaire?
Route de Jano
Toutes les maisons s’écroulent
Et leurs guerriers aux fenêtres semblent tristes
C’est la route de Jano
Des voitures lentes vont et viennent pendant que tu attends
Sur la frontière avec tes chiens et ton père
Oh mais tu as appris à jouer le jeu
Me diras-tu comment accorder mon blues solitaire?
Route de Jano
Dépoussiérant tes habits après l’attente
Et ces chiens, laisse les courir, laisse les devenir sauvages
Et tu me manques, tu me manques
Les temps ont changé avec ces carrefours
explosé le blues, laisse les sombrer, laisse les devenir sauvages
Oh mais tu as appris à jouer le jeu
Me diras-tu comment accorder mon blues solitaire?

No countdown

NO COUNTDOWN
PAS DE COMPTE A REBOURS
(Th.A.Yoghill)
Je ne veux pas dire que tu es hors d’atteinte
J’en parlerai au prêcheur noir
Je ne suis pas un de ces puissants étrangers
Mais cette espèce de douce romance
Se transforme en une vieille amitié
Pas de compte à rebours
Et tu es prêt à croire
En une lourde superstition
Ecarte-toi de ma nouvelle ambition
Pas de compte à rebours
Je ne suis pas un de ces puissants étrangers
Personne ne peut acheter l’amour
Un sombre éclairage a besoin de chaleur
Pour t’aider à fermer tes paupières
Te bercer quand l’espoir est seul dehors
Pas de compte à rebours
Te garder au chaud et vivant
Tout ce dont nous avons besoin
Mais nous ne le faisons pas
Et je suis coincé dans une chanson
Pas de compte à rebours
Je ne suis pas un de ces puissants étrangers
Mais dis-moi ce dont tu as besoin