WEEK-END

WEEK-END
(Th.A. Yoghill)
Dehors, le week-end, le vent d’hiver souffle
Accompagné d’une multitude d’esprits
Nous sommes tous ensemble, flottant alentour
Avec notre argent qui nous glisse des doigts
Si tu m’entends
Ne me laisse pas devenir fou
Ne tiens pas ma main tremblante
Ne tiens pas ma main tremblante
Au bord de la mer, une brise caressant le visage
D’un goût amer et doux
Mes sensations du dimanche errent et pleurent
Quand j’entends leurs précieux mensonges
Si tu m’entends
Ne me laisse pas devenir fou
Ne tiens pas ma main tremblante
Ne tiens pas ma main tremblante
Je n’ai pas de solution, rien à pleurer
plus de lamentation, je n’essaierai plus
Garde foi dans le battement de ton coeur
Foi dans la mélodie et le chemin vers où elle mène
Bientôt
Si tu m’entends
Ne me laisse pas devenir fou
Ne tiens pas ma main tremblante
Ne tiens pas ma main tremblante