The Owl

THE OWL
LE HIBOU
(Music : Th.A.Yoghill – 2003/2011 – Lyrics : Edward Thomas 1878-1917)
En bas de la colline je vins,
Ayant faim, Mais pas affamé pour autant;
Refroidi, mais une chaleur au fond de moi était une preuve contre le vent du nord;
Fatigué, mais ce repos sembla la chose la plus douce sous un toit.
Quand dans l’auberge, j’eus de la nourriture, du feu et du repos,
Sachant à quel point j’avais faim, froid et j’étais fatigué.
Tout dans la nuit était silencieux sauf un chant de hibou,
Le plus mélancolique des pleurs
Bouleversé, en haut de la colline,
Aucune note joyeuse, ni cause de joie,
Mais l’on me dit clairement ce à quoi j’ai échappé,
Mais d’autres non, cette nuit, quand je vins ici.
Et salée était ma nourriture, et mon repos
Salée et sobre, aussi, par le chant de l’oiseau
Parlant pour tous ceux qui sont étendus sous les étoiles,
Les soldats et les pauvres, incapables de se réjouir.